Le deuil périnatal

Ce soir, je vais plomber l’ambiance je suis desolée. Dans ma petite tête, ça tourne en boucle depuis hier. Depuis que ma meilleure amie m’a confié qu’une de ses amies était confronté à une des pires choses qu’il existe : perdre son bébé pendant la grossesse. Le petit cœur de son petit bonhomme s’est arrêté à 6 mois de grossesse.

Je ne connais pas cette maman et pourtant j’ai tellement d’affection et de chagrin pour elle. Je ne la connais pas et pourtant j’ai envie de lui tendre la main.

Tout cela me replonge 4 ans en arrière …

Et pourtant, je ne peux pas comparer mon ressenti à ce qu’est en train de vivre cette maman. Je n’ai pas senti ce bébé bougé et il n’est resté que quelques semaines au creux de moi. J’ai retrouvé mon blog, je ne l’ai pas tenu longtemps mais il m’a libéré. J’ai pu m’adresser à ce petit bébé, à mon entourage.

http://montoutpetit.centerblog.net/

etoile

(J’ai longtemps cherché quelque chose qui représentait ce petit bout de nous envolé. J’ai eu des palpitations quand mon regard a croisé cette petite étoile noire dans une petite boutique)

Elle est depuis dans un petit coin de la maison.

J’espère que cette maman est bien entouré par le cadre médical de l’hôpital. Je voudrais lui dire de ne pas avoir peur de voir son bébé, qu’elle prenne le temps de le bercer, de lui parler. Demander au staff, le plus de souvenirs possibles : ses petites empreintes, un petit bracelet. Prendre le temps de le faire exister pour pouvoir faire son deuil, leur deuil.

Je crois que c’est ce qu’il m’a manqué : de ne rien avoir pas même une échographie. Je me suis crée mes propres souvenirs. J’ai gardé mes prises de sang, mes tests de grossesse, les 1ers achats que j’avais fais pour annoncer au papa … et puis ce blog. Mes maux couchés et encrés à jamais.

Pour le corps médical, c’est un accident. Un de plus dans leur longue carrière …

Il m’a fallu des mois pour me relever … un espoir est arrivé et puis à nouveau il a fallu ré-affronter ce diagnostic . J’ai vécu mon année 2012 tel un zombie. Je n’arrivais pas à mettre des mots dessus mais je pense pouvoir le dire maintenant c’était une réelle dépression.

Je n’ai jamais consulté de psy. Je suis toujours restée en contact avec la sage femme qui m’avait suivi pour Piou et je l’avais appelé au secours. Elle avait su trouver les mots, je me souviens encore de ses mots doux, sa voix posée. J’avais aussi énormément fréquenté les forums de discussion notamment sur Doctissimo. Celui ci n’a pas vraiment bonne réputation mais vraiment à cette époque il m’avait fait du bien, permis de rencontrer des personnes dans la même situation.

L’association Les ailes de Zélie aussi m’avait beaucoup aidé.

Je suis maman de 2 enfants, mon rêve, notre rêve que nous avons mis 5 ans à réaliser … Et je me rends compte que la plaie est refermée mais ces 2 petits bouts feront toujours partis de ma vie, de notre vie. J’ai toujours autant d’émotion en pensant à eux.

Ils m’ont permise d’être forcement une femme, une maman différente.

Alors ce soir, j’ai une pensé pour mes 2 petites poussières d’étoile et toi petite maman que je ne connais pas … Je pense tellement fort à toi. Tu ne liras sans doute jamais ces mots mais j’espère que ma pensée est assez forte pour y poser une caresse sur ton cœur meurtri.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s